Un rapport qui montre une activité en hausse pour le médiateur de la FBF

Comme chaque année, le médiateur auprès de la Fédération Bancaire Française, Paul Loridant, successeur depuis le 1er février de Benoît Jolivet, vient de remettre, au Gouverneur de la Banque de France, au Président du Comité de la Médiation Bancaire et au Comité Consultatif du Secteur Financier, son rapport d’activité.

Une sollicitation plus importante

Laissant, en effet, apparaître une hausse de 40 % pour le nombre de courriers reçus, ce phénomène semble logique par rapport au contexte économique actuel. Ainsi, sur les 1 816 courriers réceptionnés, 627 ont été d’emblée mis de côté ne relevant pas de la compétence du médiateur de la FBF. Les 1 189 autres questions restantes concernant l’un des établissements adhérant effectivement à cette médiation ont alors été traitées, 345 n’ayant alors impliqué aucune réponse particulière puisqu’aucun litige n’y était dénoncé, tandis que les 844 dernières ont effectivement donné lieu à 6 médiations et 838 interventions, 560 ayant abouti à une issue considérée comme satisfaisante et 118 ayant été purement et simplement rejetées par le médiateur lui-même.

Les principaux sujets de litige

Très majoritairement liées à des opérations de crédits, de gestion de compte, de tarifs, et enfin de moyens de paiement, les désaccords autour des formules d’épargne et des transactions boursières ont, pour leur part, fortement évolué, les requêtes émises correspondant donc tout à fait aux nouvelles préoccupations, mais aussi aux nouvelles habitudes, des usagers, l’action de la FBF, entamée au mois de décembre 2002 prenant alors tout son sens.