2 545 courriers adressés au médiateur bancaire en 2012

Mis en place par la loi Murcef de décembre 2002, les services du médiateur, dont le rôle est de rechercher des solutions amiables aux litiges survenus entre un établissement bancaire et un usager, n’ont cessé de voir le nombre de cas soumis augmenter, témoignant de la confiance que leur accordent, aujourd’hui, les Français, qui lui ont adressé en 2012 quelques 2 545 courriers.

Des sujets de litiges toujours plus nombreux soumis au médiateur

Ayant traité, en 2012, quelques 1 233 litiges avérés, les services du médiateur ont ainsi réussi à trouver une solution jugée satisfaisante à quelques 564 situations problématiques, la plupart d’entre elles touchant aux opérations de crédits, au fonctionnement du compte bancaire, aux tarifs pratiqués par les professionnels et aux moyens de paiement, l’activité de l’institution semblant toutefois se diversifier peu à peu, puisque les litiges liés aux produits d’épargne et aux placements sur les marchés financiers tendent à voir leur volume augmenter au fil des années.

Un public trop peu initié au fonctionnement des services bancaires pour le médiateur

Représentant, pour 58 % d’entre eux, des sommes de plus de 500 €, les litiges soumis aux services du médiateur résultent, selon Paul Loridant, médiateur de la Fédération Bancaire Française, en grande partie, de l’incompréhension du fonctionnement des services bancaires par les usagers ; bancarisée à plus de 99 %, la population française ne serait, en effet, selon lui, pas assez informée des principes de base, notamment en matière de taux d’intérêt, de contrats, ou encore de découverts, cette ignorance constituant ainsi la cause d’un certain nombre de litiges.