Changer de banque : un périple avec un grand « P » selon l’UFC Que Choisir

En 2012, le simple fait de vouloir changer de banque se révèle être un véritable parcours du combattant. C’est ce qu’indique l’organisme de défense des consommateurs UFC-Que choisir.

D’après une étude réalisée sur plus de 2 500 personnes désireuses de changer d’établissement bancaire, la conclusion est sans équivoque. Il est difficile et long de pouvoir réaliser cette opération pourtant simple techniquement. En atteste les 31 % des personnes qui ne sont même pas allés au bout du processus, à cause d’une durée trop longue, d’une mécanique trop complexe ou encore de l’existence d’un crédit immobilier qui a fait barrage.

Parmi les heureux dépositaires dans une nouvelle banque, 4 sur 10 ont rencontré des difficultés. Parmi ces derniers, 29 % ont perçu des erreurs concernant les virements et les prélèvements, 13 % ont constaté une ou plusieurs erreurs de la part de la banque d’arrivée (un comble), et, 10 % ont eu la mauvaise surprise de voir un chèque encaissé sur le mauvais compte, à savoir l’ancien.

4 personnes sur 10 ont eu des difficultés

Malgré l’existence d’un organe interbancaire indépendant censé guider les clients, son champ d’action est particulièrement limité dans les faits. Pourtant, afin de résoudre les différents problèmes rencontrés, l’association UFC-Que choisir propose deux solutions aussi logiques que pragmatiques. La première est relative à la portabilité du numéro de compte (comme dans le secteur de la téléphonie mobile), et, la deuxième concerne la redirection automatique des opérations de l’ancien compte vers le nouveau compte, le temps que toutes les démarches soient réalisées. Ainsi, il sera possible de changer de banque comme de chemise…