Fraude à la carte bancaire, une note du Ministère de l’Intérieur jette le trouble

Constituant aujourd’hui le moyen de paiement le plus utilisé en France, la carte bancaire connaît aussi un certain succès auprès des fraudeurs, qui y voient un moyen simple et rapide de gagner de l’argent, entraînant un bon nombre de désagréments pour leur victime, qui se voit contrainte d’effectuer des démarches fastidieuses pour bénéficier de l’indemnisation prévue par leurs assurances.

Si, jusque-là, la détection d’une fraude à la carte bancaire devait être accompagnée d’un dépôt de plainte auprès des autorités compétentes, il semblerait qu’une note du Ministère de l’Intérieur vienne remettre en question cette procédure, préconisant aux fonctionnaires de police d’informer les usagers qu’une telle démarche reste facultative pour obtenir, de la part des organismes d’assurance, la réparation du préjudice subi.

Représentant un certain changement dans les procédures appliquées, cette initiative a rapidement essuyé de nombreuses critiques, notamment de l’Association Française des Usagers des Banques et du Groupement des Cartes Bancaires, pour lesquels une telle position aurait pour conséquence d’encourager la fraude, la disparition du dépôt de plainte entraînant en effet une relative impunité pour les malfaiteurs.

Particulièrement mécontents eux aussi de cette évolution, les établissements bancaires ont, pour leur part, regretté l’augmentation des coûts que pourrait représenter la prise en charge de tels incidents, ceux-ci se trouvant alors dans l’obligation de réaliser eux-mêmes un dépôt de plainte, limitant aussi l’ampleur de la démarche dans la mesure où ces derniers ne disposeront pas des informations nécessaires à la réalisation d’une enquête dans les meilleures conditions.