La journée du 15 mars appelle au bilan bancaire

La journée mondiale des droits des consommateurs – établie le 15 mars 2012 – donne l’occasion à la Fédération Bancaire Française (FBF), de rappeler leurs services et mesures visant à davantage de transparence et de mobilité bancaire.

Une clarification des informations sur les coûts bancaires

A cette occasion, la FBF souligne les progrès des établissements bancaires en matière d’information sur le coût des services. Concrètement, cela se traduit par l’introduction, en avril 2011, des nouvelles plaquettes tarifaires, organisées selon un sommaire-type, aisément comparable (tout du moins pour les 10 produits et services les plus courants), par le récapitulatif annuel des frais bancaires, instauré, depuis 2009, ou encore par la mention du plafond de l’autorisation de découvert sur les relevés, depuis juillet 2011.

De plus, selon le rapport de l’Observatoire des tarifs bancaires de novembre 2011, les services bancaires ne représentent que 0,6 % du budget des ménages et leur évolution reste inférieure à celle de l’inflation.

Etat de la mobilité bancaire

La Fédération Bancaire Française profite de cette journée mondiale des droits des consommateurs, pour établir un point sur le dispositif de la mobilité bancaire. Selon elle, cette mobilité fonctionne et les établissements financiers français figurent parmi les premiers en Europe, à l’avoir initiée. Concrètement, les premières mesures ont débuté, en 2004, avec la clôture des comptes à vue et sur livret, rendue gratuite. Cinq années plus tard, le client peut même demander à sa nouvelle banque de procéder, à sa place, au transfert des prélèvements et virements. La FBF étaye ses dires par un rapport de l’ACP, datant de novembre 2011, qui démontre que 99 % des clients des banques disposent d’un guide de la mobilité et 98 %, d’un service d’aide à la mobilité. Une autre source IFOP de 2011 précise que 55 % des Français pensent qu’il est facile de changer de banque.

Or, une étude Internet, réalisée entre le 1er et le 27 février 2012 et commanditée par l’association UFC-Que Choisir, préfère plutôt souligner les lacunes : 40 % des Français interrogés ont eu des problèmes en changeant de banques. Cela s’est traduit par des décalages dans les transferts de virements et prélèvements, pour 29 % d’entre eux, par des erreurs de la banque d’arrivée (13 %) ou encore, par l’enregistrement d’un chèque sur l’ancien compte (10 %). Il en résulte que 31 % des consommateurs ont affirmé ne pas être allés au bout de leur démarche, 33 % d’entre eux jugeant celle-ci trop difficile et 18,7 % s’estimant contraints à rester, par leur crédit immobilier.

Au sujet de la portabilité du numéro de compte, la FBF affirme, dans son communiqué du 15 mars 2012, qu’elle « est incompatible avec les standards internationaux d’identification bancaire et de sécurité, et n’existe dans aucun pays. » De l’autre côté, UFC-Que Choisir précise, dans son rapport, que ce système existe déjà en Suède et que 61 % des 2 580 personnes interrogées, en février, seraient davantage encouragées à changer de banque avec ce système…