Les français et leur banque : le paradoxe.

Deux études parues ce mardi 10 Mai 2011 montrent que les français éprouvent toujours de la méfiance envers leur banque.

Ces deux études confirment la paradoxe des relations entre les français et leur banque.

La première étude, réalisée par le cabinet Deloitte, montre que 85% des français sont satisfaits de leur banque principale.

Selon ces français, le point forts des banques sont les banquiers, leur disponibilité et leur compétence étant récompensées par une note supérieure à 13/20.

Pourtant, dans l’ensemble des français satisfaits, 18% refuseraient de recommander leu banque à leur proche.

Pourquoi ? Selon Daniel Pion, associé chez Deloitte, les français n’ont plus confiance : « C’est indéniable, la confiance s’est érodée depuis la crise financière de 2008 ». En effet, 43% des français n’ont pas confiance en leur banque principale.

Toutes les banques sont touchées par ce manque de confiance, il n’y a pas de distinction faites selon les enseignes.

À peine 20 points (sur 115) séparent les différents établissements (Banque Postale, Crédit Agricole, Caisse d’Épargne, HSBC, Barclays, Crédit Mutuel, BNP Paribas, LCL et CIC).

Les mauvais points distribués reviennent aux conseillers et à l’intérêt qu’ils portent à leurs clients (11,5/20).

Selon la seconde étude, réalisée par Capgemini, le crise financière n’a pas poussé les français à se tourner vers les gros établissements bancaires, pourtant réputés plus sûrs.

Selon cette étude, seulement 27% des sondés pensent que l’image de marque joue un rôle important dans le choix de sa banque. 55% pensent que c’est la qualité du service qui est un paramètre décisif.

Les cabinets conseillent donc aux établissements bancaires de changer de stratégie si ils veulent redorer leur image.

Les banques devraient donc privilégier « l’expérience client » en agence, récompenser la fidélité, cibler des parties plus précises de leur clientèle, est réservé un accueil tout particulier et un suivi aux nouveaux clients.