Vers un succès encore plus grand des banques en ligne

Apparues il y a quelques années maintenant, les banques en ligne ont réussi, grâce notamment à leurs tarifs particulièrement avantageux, à convaincre près de 3 millions d’usagers. Malgré cela, jusqu’à présent, ces établissements n’apparaissaient, aux yeux du grand public, que comme une solution complémentaire aux établissements traditionnels, avant qu’une nouvelle enquête, sollicitée par la banque en ligne monabanq. et menée par le centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie, plus connu sous l’acronyme CREDOC, ne vienne montrer que la situation tend à changer.

S’étant attaché, l’année dernière, à étudier, de manière globale, le domaine bancaire, l’enquête réalisée alors avait déjà permis de mettre en avant les bons résultats enregistrés par les banques à distance, celles-ci se recentrant toutefois, cette fois-ci, sur ce secteur particulier, permettant ainsi de constater que 12 % de la clientèle des banques en ligne en ont fait leur établissement principal, 31 % des autres usagers envisageant de procéder à cette opération dans un avenir proche.

Particulièrement encourageante, cette enquête vient confirmer que les établissements en ligne devraient peu à peu bénéficier de leur ancienneté, le nombre de produits souscrits augmentant avec la fidélité des usagers, cette constatation se révélant être d’autant plus vraie que la clientèle des banques en ligne semble plus friande de services bancaires, que celles de leurs homologues traditionnels, 91 % des usagers de ces établissements détenant, en effet, un livret d’épargne, contre seulement 85 % pour le réseau traditionnel, un écart de 10 % étant même constaté lorsque l’on prend en compte l’assurance vie, l’investissement boursier restant, quant à lui, aussi particulièrement développé ici, puisque 41 % des usagers des établissements dématérialisés auraient recours à celui-ci, contre seulement 19 % pour les banques de réseau.

Venant confirmer l’orientation prise par les banques en ligne, l’étude réalisée par le CREDOC montre aussi que les produits d’épargne restent la principale porte d’entrée des usagers dans le domaine de la banque en ligne, 66 % des personnes interrogées déclarant avoir pris contact avec ces nouveaux prestataires pour leurs offres d’épargne présentant des conditions plus avantageuses, les services liés à la gestion de ces investissements ayant aussi pris une place particulièrement importante dans la décision finale.

Permettant de dresser le profil de l’usager type, cette étude décrit le client de la banque en ligne comme un jeune diplômé parisien, propriétaire de son logement et disposant de revenus plutôt élevés, représentant ainsi un signe particulièrement encourageant pour la banque en ligne, puisqu’une telle clientèle a déjà contribué au succès et à la démocratisation du commerce en ligne, laissant ainsi envisager des perspectives de développement particulièrement intéressantes pour l’ensemble du domaine de la banque en ligne, comme le souligne Alain Colin, Directeur Général de monabanq., cette prévision restant aussi confirmée par le fait que, en 2010, plus d’une personne sur deux interrogées avaient d’ores et déjà reconnu utiliser la plate-forme en ligne de son établissement bancaire pour procéder à la gestion de son argent, confirmant ainsi la confiance du grand public dans les solutions en ligne.