Virement, prélèvement, TIP : les alternatives au paiement par chèque ou carte bancaire

Pour des paiements réguliers, chèque et carte bancaire montrent leurs limites. D’autres moyens de paiement permettent d’automatiser le transfert des sommes.

Le virement de compte à compte

Les virements, utiles pour transférer rapidement des sommes d’un compte à un autre, revêtent plusieurs qualifications selon les circonstances :
– le virement interne, c’est-à-dire interne à la banque, concerne deux comptes détenus ou non par la même personne, mais gérés par une même banque.
– le virement externe, pour transférer une somme d’un compte vers un autre compte détenu dans une autre banque.
– le virement occasionnel, pour transférer une seule fois de l’argent d’un compte vers un autre.
– le virement permanent, pour transférer automatiquement et à date fixe une somme d’argent déterminée d’un compte vers un autre.
– le virement domestique désigne un transfert en France.
– le virement européen désigne un transfert dans un pays de la zone euro.
– le virement international désigne l’envoi d’argent à l’étranger.
Pour procéder à un virement, le titulaire du compte se rend en agence ou passe son ordre par Internet. En agence il devra s’acquitter de frais d’enregistrement et sur Internet, l’ordre de virement sera payant selon la nature du virement : interne ou externe, occasionnel ou permanent.

Pour passer un virement international, il faut procéder à une demande spécifique à sa banque ou recourir à un organisme dédié. Son coût correspond à une commission calculée sur le montant de la transaction, les frais de change et le pays de destination.

Le virement est mis en place en indiquant le relevé d’identité bancaire (RIB) ou un Iban (International Bank Account Number) du compte destinataire des fonds. Les coordonnées bancaires seront validées par la banque. En cas de virement sans provision, l’émetteur du virement s’expose à des agios de 20 euros au maximum. Pour les virements internationaux, les contrôles sont plus stricts et la somme est préalablement prélevée sur le compte avant réalisation du transfert.

Le prélèvement

Comme en matière de virement, le prélèvement consiste en un transfert d’une somme d’argent d’un compte vers un autre compte. Inversement à la situation du virement, c’est l’émetteur de la facture qui vient retirer l’argent qui lui est dû sur le compte de son débiteur. Ce procédé est courant pour les opérateurs de téléphonie mobile, les caisses sociales ou le trésor public. Pour que le prélèvement puisse avoir lieu, le titulaire du compte a préalablement signé une autorisation qui est soit ponctuelle, soit illimitée. Le défaut de provision sur le compte entraîne des agios d’au maximum 20 euros.

Le prélèvement est stoppé à la demande du titulaire du compte qui forme auprès de sa banque soit une opposition sur prélèvement, soit une révocation.

Le TIP

Le titre interbancaire de paiement (TIP) consiste en une autorisation de prélèvement à dater, signer et à compléter d’un RIB. Il accompagne une facture et permet de s’ajuster à des sommes irrégulières liées à différents niveau de consommation. C’est aussi un moyen employé par les assurances ou le trésor public pour faciliter le paiement de sommes ponctuelles telles que le tiers provisionnel ou le renouvellement de la police d’assurance. Le payeur a également le moyen de contrôler la facture et de valider ainsi le paiement. Ici encore, si le compte n’est pas suffisamment provisionné, le titulaire du compte devra des agios plafonnés à 20 €.